Get Adobe Flash player

Enfin, Vallourec a fait de la prévention du risque chimique l’un de ses trois axes principaux en matière de santé. Une base de données des produits et substances chimiques est régulièrement mise à jour afin d’assurer un suivi rigoureux et de prévenir les risques d’effets nocifs. Chaque produit ou substance entrant sur les sites de production est contrôlé et validé par les responsables HSE. Ces derniers, avec la collaboration des équipes de Recherche et Développement et des fournisseurs, élaborent des programmes de test et de qualification des produits de substitution aux substances jugées critiques. C’est ainsi que, fin 2012, près de 40% des 300 substances identifiées comme CMR (voir la note 1)

(Note 1) Cancérigène, mutagène et reprotoxique.
ont été remplacées. En parallèle, le Groupe déploie quatre plans d’actions transverses. Une instruction unique couvrant l’ensemble des pays prévoit une dépose progressive, lors des opérations de maintenance et lorsqu’il existe une alternative, des fibres céramiques réfractaires. Des tests et des qualifications sont menés pour remplacer les graisses au plomb utilisées sur les filetages non soumis à haute température. Une solution alternative au chromage des mandrins est par ailleurs testée. Enfin, les phosphates de nickel vont être progres-sivement remplacés.

Sécurité: une campagne de communication coup de poing

«Un parent ne se remplace pas.» Aussi fort que simple, ce slogan émotionnellement chargé a été conçu en 2012 pour attirer l’attention des collaborateurs du Groupe sur l’importance du respect des règles de sécurité. Traduit en sept langues, il accompagne trois images qui sont affichées dans les usines du Groupe à travers le monde. Cette campagne de communication a été conçue dans le cadre du programme CAPTEN+ Safe, en réaction aux deux accidents mortels survenus dans l’année, en France et aux États-Unis. Si les performances annuelles du Groupe sont supérieures aux attentes, des améliorations restent possibles et l’accent doit être mis en permanence sur la nécessaire évolution des comportements, qui sont à l’origine de la quasi-totalité des accidents.