Get Adobe Flash player

Europe: investir dans des capacitésde pointe

Malgré un contexte économique difficile, Vallourec a poursuivi en 2012 les investissements sur le continent européen. À la fois base tech nologique et de production des produits parmi les plus sophistiqués du Groupe, l’Europe sert tous les marchés, de l’énergie électrique au pétrole et gaz, sans oublier l’industrie, et dispose de la plus large gamme dimensionnelle de tubes, à destination du monde entier. Cette stratégie de recentrage des activités européennes sur les produits très haut de gamme s’est notamment traduite en 2012 par l’augmentation de la capacité de production de joints intégraux, c’est-à-dire avec le filetage dans la masse du tube, dans l’usine de Düsseldorf-Rath, en Allemagne. Elle s’est encore exprimée par la mise en place de nouvelles capacités dans les usines de Bellshill, au Royaume-Uni, et d’Aulnoye, en France, pour la production de Cleanwell®, un revêtement sans graisse pour les filetages (voir en page23).

DE NOUVEAUX MOYENS POUR LES TROIS CENTRES DE RECHERCHE ET DÉVELOPPEMENT EUROPÉENS

En France, le centre de recherche historique du Groupe, situé à Aulnoye, a continué à se consacrer à la mise au point de nouveaux alliages et de nouvelles nuances d’acier permettant de produire des tubes plus résistants à la corrosion et plus légers. Le Boiler & Line Pipe Competence Center (voir en page26), rattaché au centre de recherche de Düsseldorf, est spécialisé dans la conception des tubes et aciers destinés aux centrales électriques et aux conduites de pétrole et de gaz. Installé à proximité des grands sites de production d’électricité en Allemagne et voué à identifier et anticiper les nouveaux besoins des clients, le BLCC a opéré une remarquable montée en puissance en 2012, en participant notamment à une vingtaine de conférences, événements clients et publications. En Allemagne toujours, le centre de recherche de Riesa s’est doté d’une forge lui permettant de reproduire le procédé de forgeage, utilisé par deux des tuberies du Groupe. Cette installation permet de transformer des alliages de nickel, qui représentent l’avenir des centrales thermiques. L’unité est désormais en mesure de reproduire les principaux procédés de fabrication de tubes du Groupe avec entre autres objectifs de les rendre encore plus performants, d’améliorer les outillages et de former les lamineurs. En 2012, 610 essais ont été réalisés.

Éco-conception

Dans le cadre de sa démarche de modernisation de son outil de production, l’aciérie française de Saint-Saulve a engagé en 2012 un important plan d’investissement. Une attention particulière a été portée à l'optimisation de l’ergonomie et de la sécurité des postes de travail, ainsi qu'à l'amélioration des performances opérationnelles et environnementales du site. Le nouveau four de fusion, moins consommateur d’énergie, permettra de diminuer l’empreinte carbone du site et offrira une flexibilité accrue entre les énergies électriques et fossiles. L’augmentation des capacités de dépoussiérage, la mise en œuvre de nouvelles filières de recyclage des déchets de production et l’installation d’un bardage antibruit contribueront à limiter les nuisances. La sécurité des opérateurs sera renforcée grâce à l’automatisation de certaines tâches à accomplir à proximité de l’acier liquide. Enfin, les performances accrues de ces nouveaux équipements permettront au site d’augmenter sa productivité grâce à un temps de fusion des ferrailles plus court.