Get Adobe Flash player

Chiffres clés

Vallourec a enregistré en 2012 un chiffre d’affaires record sur le marché du pétrole et du gaz, compensant une baisse des ventes sur les autres marchés. Les coûts de démarrage des nouvelles usines ont pesé sur la marge brute. Le Groupe approche néanmoins de la fin de ses investissements majeurs, qui lui permettront d’accroître ses capacités et de renforcer son offre premium dans le domaine du pétrole et du gaz.

Production expédiée en kilotonnes

2010 1888
2011 2251
2012 2092

En 2012, la production expédiée a atteint 2092 milliers de tonnes, soit une diminution de 7% par rapport à 2011, en raison principalement de la baisse des volumes en Europe.

Répartition du chiffre d’affaires par activité en 2012

Construction et autres 7%
Automobile 4%
Mécanique 9%
Énergie électrique 12%
Pétrochimie 7%
Pétrole & gaz 61%

Le chiffre d’affaires de l’activité Pétrole et gaz a atteint en 2012 un niveau record à 3233millions d’euros, en hausse de 14% par rapport à 2011. Il représente désormais 61% du chiffre d’affaires total, contre 54% en 2011. La part du chiffre d’affaires des activités Pétrochimie et Énergie électrique est restée relativement stable, tandis que la part de l'activité Industrie a enregistré un recul de 6 points par rapport à 2011.

Chiffre d’affaires en millions d'euros

2010 4491
2011 5296
2012 5326

En 2012, le chiffre d’affaires a atteint 5326millions d’euros, en hausse de 1% par rapport à l’année précédente, avec une forte croissance du chiffre d’affaires Pétrole et gaz qui a compensé une baisse des ventes sur les autres marchés.

Répartition du chiffre d’affaires par zone géographique en 2012

Amérique du Nord 29%
Reste du monde 9%
Europe 22%
Asie et Moyen-Orient 18%
Amérique du Sud 22%

Le chiffre d’affaires réalisé en Amérique du Nord a progressé de 26% à 29% grâce, notamment, à un bon mix produits et à un bon positionnement de marché. Le chiffre d’affaires en Europe a enregistré un recul de 5 points par rapport à 2011, en raison notamment de la baisse de la production industrielle. La part des autres zones est restée relativement stable.