Get Adobe Flash player Photo : JEAN-PAUL PARAYRE.

JEAN-PAUL PARAYRE Président du Conseil de Surveillance

Vallourec franchit un nouveau cap de son histoire avec le démarrage et la montée en régime de ses deux nouveaux laminoirs au Brésil et aux États-Unis. Longtemps, nos augmentations de capacité ont résulté d’une politique de croissance externe soutenue, depuis la création de notre coentreprise avec Mannesmann en 1997 jusqu’aux rachats successifs de Mannesmann do Brasil en 2000 et de North Star Tubes et Atlas Bradford aux États-Unis, respectivement en 2002 et en 2008. Au service d’une stratégie visant à développer nos positions internationales, ces acquisitions ont largement contribué à la formidable expansion qui fut celle de Vallourec au cours de la première décennie du vingté unième siècle.

Plus récemment, après avoir modernisé nos usines européennes, le Groupe a fait le choix ambitieux de construire deux nouvelles usines, l’une au Brésil, l’autre dans l’Ohio. Au-delà des défis techniques et des investissements financiers que représentent ces deux projets, leur mise en service marque le début d’une nouvelle aventure industrielle et humaine. L’enjeu pour Vallourec est de fournir à ses clients, partout dans le monde, les solutions premium qui leur permettent d’exploiter des gisements de pétrole et de gaz toujours plus difficiles à atteindre, que ce soit en mer profonde ou dans des bassins non conventionnels.

Vallourec poursuit la mise en œuvre de son modèle de développement équilibré, qui repose sur une vision industrielle à long terme et sur une attitude citoyenne et responsable. Année après année, nous mettons ainsi l’accent sur l’investissement en recherche et développement car nous savons à quel point nos succès commerciaux reposent sur notre avance technologique. Nous travaillons à améliorer de façon continue notre compétitivité. Nous attachons une extrême importance à la sécurité de nos collaborateurs, à la gestion des carrières, à l’intéressement de nos équipes par le biais notamment de l’actionnariat salarié, au respect des communautés qui nous entourent et à la réduction de notre empreinte environnementale.

À l’heure de quitter la présidence du Conseil de Surveillance, je suis heureux que Vivienne Cox me succède. Sa connaissance profonde du secteur de l’énergie acquise dans un grand groupe international et son expérience managériale viendront encore renforcer la qualité de la gouvernance du Conseil de Surveillance de Vallourec, auquel elle participe depuis 2010.

Je tiens à remercier le Groupe et ses actionnaires pour la confiance qui m’a toujours été témoignée. Fier des orientations stratégiques que nous avons soutenues et du travail accompli, j’ai la conviction de laisser le Groupe sur de bons rails et en de bonnes mains. Vallourec dispose d’atouts incomparables. Son sens de l’innovation, sa culture de l’excellence et sa présence désormais mondiale constituent à mes yeux les plus sérieux gages de réussite pour l’avenir.